Les nouvelles 2002
Déplacement à Ségou
Jean Bernard et Marie JOLY, 24 Mars 2002

Au Mali
 

1 - Scolarisation en primaire
2 - Groupe scolaire Tiécoura Coulibali
3 - Centre d’Enseignement Technique Industriel (CETI)
4 - Enfants des rues
5 - Maison d’arrêt de Ségou
6 - Hôpital de Markala
7 - Maternité Maya Boly (madame Kamara Mima Tall)
8 - Madame Diarra Fanta Traoré, matrone à Ségou
9 - Formation et recyclage des Accoucheuses traditionnelles (AT).
10 - Planification Familiale Naturelle

1 -Scolarisation en primaire (plus de détails)
 Du fait des redoublements, il n’y a plus que 2 élèves en 5° et 6° année, donc 24 élèves boursiers actuellement.
L’expérience de scolarisation en première année dans une école privée (école de la mission catholique), semble donner dès maintenant un bon résultat. La visite dans les classes de première année et de grande section de maternelle a montré le sérieux et l’efficacité du travail.
Une attention particulière sera portée en fin d’année sur les résultats de ces élèves qui passeront en deuxième année.
Après l’étude faite par Alou sur les autres écoles privées, il faudra choisir les modalités du recrutement des nouveaux élèves en septembre  :
 Quelle école choisir pour ne pas privilégier un quartier de la ville ?
 Faut-il inscrire les 5 élèves de l’année dans une même école ?
 Faut-il changer d’école pour le recrutement de l’année suivante ?
 Choisit-on de les inscrire d’abord dans une année d’école maternelle pré-scolaire ?

- Haut de Page -


2 - Groupe scolaire Tiécoura Coulibali (plus de détails)
Hamdallaye  - Ségou
 Ce séjour nous a permis d’apprécier les travaux faits en 2000 et en 2001. Au total, construction du bâtiment de direction-bibliothèque et rénovation de 6 classes. L’atmosphère de l’école et l’attitude des professeurs s’en trouvent très améliorées. L’entretien est satisfaisant.
L’APE est très engagée dans la participation aux travaux, l’équipement de la bibliothèque, l’entretien des locaux et du matériel scolaire.
Une 7° classe va pouvoir être rénovée cette année 2002.
Avec l’Association des Parents d’Élèves, nous avons commencé la préparation d’un nouveau dossier de demande de financement pour les 20 classes qui restent encore à rénover. Cette demande sera présentée par l’APE au Fonds Social de Développement de l’Ambassade de France à Bamako, que nous avons rencontré ensemble. Le FSD pourrait accorder 70% du montant. Les 30% restant devraient être trouvés par Ségou, avec la participation de l’APE, de la Mairie, du CAP (Centre d’Animation Pédagogique) qui ont déjà promis leur appui. La Fondation Leïla Fodil apportera son soutien technique pour le montage et le suivi du dossier.

- Haut de Page -


3 - Centre d’Enseignement Technique Industriel (CETI, plus de détails)
 La construction de la nouvelle école se poursuit. Il y a maintenant 5 classes terminées, 2 en cours de finition. Un atelier de métallerie est en cours de construction avec l’aide de l’association ENFIN d’Angoulême.
La coopératrion pédagogique avec Daniel et Yves est appréciée, mais ses modalités devraient être revues, car les séjours trop courts ne permettent pas un travail de fond avec les professeurs.
Les deux élèves boursiers de la Fondation qui terminaient leurs études en 2001 ont réussi à l’examen du CAP.
Pour l’année scolaire 2002-2003, la Fondation Leïla Fodil donnera deux bourses supplémentaires. Il y aura ainsi quatre boursiers en première année et deux en deuxième année.
Ladji Gakou, directeur de l’école, recherche des formations pédagogiques maliennes pour ses professeurs.

- Haut de Page -


4 - Enfants des rues (plus de détails)
 Les résultats obtenus avec les élèves et les apprentis dont la scolarisation et la formation ont été financées par la FLF sont excellents.
Les trois élèves sont bien classés.
Les apprentis connaissent leur métier au bout des trois ans d’apprentissage proposés.
 Mais la coopération avec l’équipe de moniteurs est difficile. Ils manquent de formation spécialisée. L’équipe est constituée uniquement d’hommes dont la plupart sont célibataires, elle manque de l’apport d’une présence féminine en son sein.
Il existe des divergences de conception de l’accueil des jeunes enfants qui rendent un perfectionnement de notre action commune impossible.
Le futur foyer d’accueil, tel que nous en avons vu les plans qui nous ont été confiés par  la Fondation Raoul Follereau du Luxembourg, nous paraît mal conçu. L’analyse détaillée n’a pas pu être faite avec les moniteurs de Ségou. Mr Niang responsable à Bamako n’a pas pu être rencontré. Enfin, les foyers des enfants des rues de Ségou reçoivent une aide très importante de la Fondation Raoul Follereau. Les compléments que la Fondation Leïla Fodil apporte sont négligeables par rapport à ce budget.
 Au total, nous terminerons l’aide aux scolaires et aux apprentis sans renouveler. Les autres compléments seront cessés.

- Haut de Page -


5 - Maison d’arrêt de Ségou (plus de détails)
 Nous avons rencontré le  nouveau procureur et le nouveau régisseur de la prison.
Avec madame Sissao nous avons reprécisé les objectifs de l’aide apportée par la Fondation Leïla Fodil :
- une somme appelée “aide sociale” destinée à améliorer les conditions de vie des mineurs détenus. Elle peut être utilisée à sa convenance, achat de jeux, de compléments alimentaires, de nattes...
- une somme “matériel pédagogique” destinée au matériel nécessaire aux activités de Mamadou Diakité avec les mineurs : alphabétisation et occupations artistiques.
- les indemnités de Mamadou Diakité pour le travail avec les mineurs.
Ces sommes demeurent inchangées.
Nous avons fourni le ciment destiné à la réfection de la cour de la cuisine par l’équipe d’ENFIN.

- Haut de Page -


6 - Hôpital de Markala
 Service de pédiatrie. Rénové par la Fondation Leïla Fodil en 1999 :
Docteur Thiero chef de service.
 Le service est propre et bien entretenu.
Le ménage est fait tous les matins par les personnes accompagnant les malades, en général les mères.  La salle de réanimation est utilisée. A l’arrivée des paludismes pernicieux, dont la température est très élevée, on réactive le climatiseur, et l’enfant est très rapidement rafraîchi ainsi. Il y a tellement moins de morts depuis !
La salle destinée à la cuisine des mères leur sert pour réchauffer les plats, pour se reposer. Parfois à des causeries d’éducation sanitaire.
Le lavoir n’est utilisé que pour des grands nettoyages.
La cuisine construite derrière les services de chirurgie est utilisée par les parents de ces malades qui ne viennent plus en pédiatrie.
 Le SIDA maternel et infantile commence à se manifester. On souhaite appliquer le traitement préventif par la Névirapine. Ceci sera étudié.
La poliomyélite n’a pas complètement disparu.
Il existe encore des tétanos ombilicaux.
Des vaccinations des groupes locaux atteints sont faites cas par cas.
 En 2001, il y a eu dans le service de pédiatrie :
6539 consultations
1027 admissions
2572 journées d’hospitalisations (durée de séjour : 2,5 jours)
24 décès sur place.

 Maternité, rénovée par la Fondation Leïla Fodil en 1997.
Le docteur Niarra Bengali obstétricien et ancien directeur de l’hôpital, après trois ans en Chine pour perfectionnement, travaille à l’hôpital de Kati.
Le chef de service actuel est madame Coulibaly.
La maternité est malpropre. L’absence d’entretien et de nettoyage sont affligeants. Ce n’est qu’un constat. Nous aurions aimé pouvoir donner plus de conseils, discuter avec le médecin et le personnel, mais cette situation n’était pas prévue et nous ne pouvions pas nous attarder.

- Haut de Page -


7 - Maternité Maya Boly (madame Kamara Mima Tall)
La mission du docteur Véronique Deval Sécherre devait consister à montrer au chirurgien de l'hôpital de San le fonctionnement d'un échographe offert par la Fondation Leïla Fodil.
Malheureusement l’appareil n’est pas arrivé à temps.
Véronique a donc travaillé avec son amie Mima pendant une semaine.
L'équipe est sympatique et  consciencieuse, la clientèle nombreuse et gentiment accueillie.
Beaucoup de travail pendant son séjour, en particulier en échographie.
Le Bloc opératoire est utilisé régulièrement par des médecins qui viennent de l’hôpital. Les chambres des parturientes, les sanitaires et les locaux en général sont propres.
Des propositions ont été faites pour une meilleure utilisation de la salle d’accouchements. Des petits travaux seront peut-être nécessaires.

- Haut de Page -


8 - Madame Diarra Fanta Traoré, matrone à Ségou
 Une matrone est une personne scolarisée qui a reçu une formation essentielle en santé et particulièrement en obstétrique.
Fanta était matrone au village de N’Gara, dans lequel la Fondation Leïla Fodil avait rénové l’école il y a quelques années.
Elle est venue s’installer à Ségou. Elle va suivre des naissances en brousse et donne des soins infirmiers dans sa maison. Nous lui avons déjà donné quelques matériels simples.
A sa demande et avec l’accord et la surveillance de Mima, la Fondation Leïla Fodil, aidée par les élèves de l’école Sainte Marie de Blois, lui a donné 250 000 cfa pour construire un petit local qui sera réservé uniquement à ces soins.

- Haut de Page -


9 - Formation et recyclage des Accoucheuses traditionnelles (AT, plus de détails).
La formation des accoucheuses traditionnelles, faite avec Kani Kané et Badra Sylla avec le support  du livret en bande dessinée est cessée depuis deux ans.
Un bilan a été fait.
Le compte rendu écrit a été publié dans la revue “Développement et Santé” n° 156-décembre 2001.
Nous sommes disposés à aider le centre de santé du cercle de Ségou à poursuivre cette activité. La formation, le recyclage et le suivi des AT sont maintenant inscrites dans le PRODES (Programme de développement sanitaire) du MALI.
Deux rencontres ont eu lieu :
 Le docteur SISSOKO, médecin chef du centre de santé du cercle.
 L’association SIGINYOGONJE, (Voisins Mondiaux).
- Au cours de l’entretien avec le docteur Sissoko, nous avons proposé :
De participer à une réflexion concernant un programme éventuel “formation des AT”. Recherche d’une amélioration de la pédagogie et d’une méthode de suivi.
La participation financière de la Fondation Leïla Fodil ne sera que partielle.
Madame Sissoko nous enverra une hypothèse de projet.
- Les membres de l’association Siginyogonje, nous ont fait part de leur méthode de travail pour la formation et le suivi des AT.

- Haut de Page -


10 - Planification Familiale Naturelle (plus de détails)
 La planification familiale naturelle intéresse toujours beaucoup dans son aspect de connaissance de la fertilité de l’homme et de la femme.
A la demande de Mme Camara Mima Tall, Marie a fait un cours de deux heures à l’école d’infirmières sur la PFN et sur la MAMA (Méthode de l’Allaitement Maternel et de l’Aménhorée)
Elle a eu une séance de travail avec une petite équipe de Siginyogonjé (Voisins Mondiaux) à qui elle a remis des documents sur la PFN et la connaissance de la fertilité.

- Haut de Page -